vendredi 8 mai 2015

Le diamant de Gould, une espèce en danger

En farfouillant le Net, j'ai découvert quelques documents alarmants sur la situation de la population sauvage de Diamant de Gould.

Plus particulièrement, un document du Ministère de l'Environnement Australien.

Je résume quelques points de ce document (lien vers le document complet en fin d'article)

En fonction des Etats, le statut de l'espèce va de "Vulnérable" à "En voie de disparition" (Queensland)
Le statut au niveau fédéral est "En voie de disparition"
Le statut au niveau de l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) est "Quasi en danger.

Les dernières estimations (1998-2000) donnent une population totale d'oiseaux matures sauvages de moins de 2.500 individus (certaines régions pouvant abriter des zones d'habitats potentielles n'ont cependant pas été étudiées). Seuls les oiseaux matures sont comptabilisés pour limiter le risque de confusion avec des juvéniles d'autres espèces.

Quelques indices semblent indiquer que la situation s'est stabilisée après plusieurs décénies de déclin, mais en l'absence d'études récentes, ce n'est pas certain.

Ce déclin est attribué ou à été attribué à plusieurs facteurs

- dégradation ou disparition des sites de reproduction et de nourrissage par le fait de l'agriculture, de l'élevage de bétail, des feux de forêts, des exploitations minières, introduction d'espèces non indigènes  (le sanglier par exemple)

- Concurrence d'autres espèces plus généralistes (le diamant à longue queue a été cité par certains experts) et s'adaptant mieux aux nouvelles conditions d'habitat. Ce point n'a jusqu'à présent pas pu être prouvé de façon déterminante.

- Forte mortalité due à l'endoparasite Sternostoma tracheacolum qui a également une influence négative sur les taux de fécondité. Le stress dù aux modifications de l'habitat pourrait augmenter la létalité de ce parasite.

- Piégeage pour l'aviculture. Cette cause n'est pas considérée comme prépondérante. Si la population de diamants de Gould dans les élevages ou chez les particuliers australiens est estimée entre 50.000 et 100.000 sujets selon les source, le déclin constaté s'est poursuivi bien après l'interdiction de capture (entre 1972 et 1981 en fonction des Etats). De plus, le braconnage est considéré comme minime, cet oiseau étant élevé en grand nombre et peu cher (là-bas).

- Un ration mâle/femelle de 1,5 pour 1 pourrait constituer un facteur aggravant.

Divers programmes de protection et d'études de l'habitat et de l'espèce ont été mis en place pour tenter de préserver l'espèce.
Trois projets de ré-introduction sur d'anciens habitats se sont soldés par des échecs.

Sources : 
http://www.environment.gov.au/cgi-bin/sprat/public/publicspecies.pl?taxon_id=413#summary
http://www.environment.gov.au/node/14674
http://www.environment.gov.au/resource/national-recovery-plan-gouldian-finch-erythrura-gouldiae


Si la durée de vie maximale d'un gould sauvage est estimée à 5 ans, la durée moyenne n'est que de 2 ans et la plupart des oiseaux reproducteurs  seraient âgés d'un an au plus.
Une vidéo montrant une bande de diamants de gould autour d'un point d'eau illustre cette faible proportion d'oiseaux adultes par rapport aux juvéniles




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire